Rejoindre le site officiel assassinscreed.com

Entre Histoire et fiction n°9: l'époque des Assassins

    


Source: Assassinat de Nizam Al-Mulk, peinture du XIVème siècle

      Avec la sortie d’Origins, cet article va raconter l’origine des véritables Assassins. Pour reprendre le contexte géopolitique, au milieu du XIème siècle le Moyen-Orient est sous le contrôle du califat Abbassides mais le calife n’a plus qu’un rôle symbolique, c’est le sultan seljuk qui a le pouvoir politique. Le sunnisme est alors majoritaire dans le califat Abbasside et le sultan persécute les chiites. L’Egypte et une part de la Judée sont sous le pouvoir du califat Fatimides, descendants du prophète par sa fille Fatima et son gendre Ali. Ne reconnaissant que les descendants d’Ali comme calife, c’est le chiisme qui est majoritaire même si d’autres confessions sont autorisées. Le calife chez les chiites a aussi le titre d’Imam, qui lui donne une aura divine mais à l’intérieur même des chiites, des branches se sont créées car tous ne reconnaissent pas les mêmes imams, car l’un d’entre eux doit être le mahdî, celui qui doit rapporter la paix sur terre, et il est donc occulter pour réapparaitre des siècles plus tard. La première division eu lieu en 740 quand les partisans de Zeyd se séparèrent des autres chiites, ils seront les zeydites. Une autre division eut lieu à la mort de l’imam Jafar en 765, ces deux fils prétendant à l’imamat. Mûsa fut désigné comme l’imam légitime et la branche continua jusqu’au 12ème imam après Ali, on les appelle les duodécimains. L’autre fils de Jafar, Ismail, fut désigné imam par ses partisans, ce sont les ismaéliens, qui devint le courant majoritaire du chiisme. Les califes fatimides sont des imams ismaéliens mais se courant est persécuter sous le califat abbasside.

   C’est dans ce contexte qu’apparait le jeune Hasan-i Sabbah, né vers 1034 à Tus au nord de la Perse. Peu de chose sont connu de sa vie, Hasan ne voulant pas laisser d’écrit sur lui et les principales sources que l’on a sur lui viennent de personnes hostiles à lui. Il y a donc beaucoup de légendes et d’histoire impossible à vérifier. Fils d’un riche commerçant de Ray, il est de nature curieuse, intéresser par les sciences, les langues, la philosophie et la religion, autant celle de l’Islam que l’ancienne religion Perse. Cependant il est de profession chiite mais doit le caché, et son père lui donne un précepteur sunnite pour éviter que son fils n’ait des ennuis. On lui prête même une amitié avec Umar Khayyâm, savant et lettré, et le futur Grand vizir Abbasside Nizam-al Mulk. On prétend que le Grand Vizir aurait humilier Hasan devant le sultan afin d’empêcher son ascension politique mais la cause la plus probable c’est qu’il se soit converti à l’ismaélisme vers 1071 à la suite d’une maladie qui a failli l’emporter. Après cela le sultan et le vizir veulent le voir partir. En 1076, le grand Dai ismaélien le rencontre et lui demande de venir au Caire.

     Arrivé en 1078, Hasan arrive au Caire et il profitera de ses années au Caire pour étudier à la bibliothèque du Caire, à la Maison des sciences et le Palais du savoir. Il apprend aussi la prêtrise pour devenir un Dai, missionnaire et il devient un proche du calife fatimide et de son fils Nizar, en qui il fonde l’espoir qu’il libère la Perse des sunnites. Cependant, après 18 mois passé au Caire, il s’attire la jalousie du Vizir fatimide et se fait emprisonner à Damiette ou envoyé sur un navire franc en partance pour l’Europe. Dans les deux cas, il arrive à s’enfuir pour revenir en Perse en 1081 où il prêche l’ismaélisme à Ispahan. Mais le sultan Turc et Nizam al Mulk voulaient toujours sa tête, il dut se cacher. Il réussit à se faire des disciples et en 1090, ils prennent par la ruse la forteresse d’Alamut, le nid de l’aigle, qui devint alors le quartier général des futur Assassins. Le groupe s’articule autour des dais qui vont étendre l’influence de l’ismaélisme mais un groupe de se créer, les fidai, les sacrifier, qui sont prêt à mourir pour leur maitre. Ils sont habillés de blanc, porte une ceinture rouge, et cache leur dague dans leur vêtement. Ils sont entrainés physiquement mais aussi intellectuellement et théologique étant initié au batin, la face cachée du Coran. Ils sont maitres en infiltration utilisant déguisement et ruse pour mener à bien leur tâche, les autres ismaéliens doivent aussi savoir cacher leur foi pour ne pas être persécutés. Leur dévotion est perçue comme un résultat de drogue utiliser sur eux ou bien d’un endoctrinement rigoureux, mais cette dévotion est vu comme le serment de fidélité ultime. Mourir dans leur mission est un honneur, leur but est d’inspiré la peur dans les rangs des sunnites, s’attaquant au chef pour que les autres fuient, souvent en pleine prière à la mosqué. Leur première cible est Nizam al Mulk, le grand Vizir, certains prétendent que ce serai le sultan lui-même qui aurait demander son exécution en 1092. En 1094 le calife fatimide meurt, c’est son fils Al-mustali qui devient calife, et non Nizar. Il fut tué en 1097 mais son fils se réfugia à Alamut ou il devint l’Imam légitimes pour les Assassins et Hasan était son protecteur. Ils étaient les nizarites et ils étaient maintenant en conflit avec les califats abbasside et fatimide.

    Cependant une nouvelle puissance aller arriver en Orient. Les Seljuks avaient reconquis l’Anatolie aux romains de Constantinople après la bataille de Manziquert en 1071. En 1092 la mort du sultan Malik Shah voit la création d’un sultanat en Anatolie, celui de Rûm, et un émirat à Damas en 1095 ainsi qu’un sultanat à Alep. Le califat abbasside se fragmenté de plus en plus en petits fiefs et les conflits entre Abbasside et Fatimide perturbaient les pèlerinages chrétiens vers Jérusalem. Constantinople demanda de l’aide à Rome face aux Turcs. En 1095, le Pape Urbain II appela à un pèlerinage militaire afin de libérer Jérusalem, qui est interdit aux pélerins depuis 1071 par les Turcs. Une croisade populaire se créa mais elle fit des massacres sur son chemin, comme en Hongrie tuant des juifs les confondant avec des musulmans. En arrivant en Orient elle fut facilement repoussée par les Turcs. Ce fut alors de petits seigneurs qui dirigèrent la Croisade : Robert, duc de Normandie, Godefroy et Baudouin de Bouillon, comtes flamands, Bohémond de Hauteville et son neveu Tancrède, seigneur de Sicile, Hugues de Vermandois, frère du Philippe Ier de France, et Raymond Comte de Toulouse. Ayant des rivalités internes, les pèlerins, plus tard croisés, essayèrent de se former de grands domaines en Orient. Le califat abbasside était lui aussi en proie à la discorde et certains royaumes préféraient payer les croisés pour qu’ils en prennent à un royaume rival. Les croisés allèrent à Jérusalem en 1099 qui avaient été prise entre temps par les fatimides, les habitant furent massacrés par les armées francs. Les royaumes latins d’Orient furent créés : le comté d’Edesse pour Baudouin, le comté de Tripoli pour Raymond, la principauté d’Antioche pour Bohémond et le royaume de Jérusalem pour Godefroy, et ils permirent le renforcement du Royaume d’Arménie face aux romains. Les francs découvrirent les savoirs musulmans (littérature, pigeonnier, médecine), certains croisés s’étant converti et fondé une famille sur le territoire. Des routes commerciales furent créés entre l’Europe et le Moyen-Orient par les italiens avec cette Europe d’Outremer, Constantinople perdait de son influence. Les royaumes chrétiens et musulmans firent de nombreuses alliances de circonstance afin de défaire des royaumes qui étaient pourtant leurs coreligionnaires, rendant encore plus floue la diplomatie.

      Les Assassins virent dans les francs des alliés pour combattre les sunnites. En 1103, les Assassins tuent le sultan d’Alep Janah ad-Dawla, afin de replacer son beau-fils Radwan, qui va protéger les Assassins à Alep et faire une alliance avec les Francs. Cependant en 1113 Radwan meurt et les Assassins doivent fuir Alep, en 1124, ils s’installent à Damas où l’atabeg leur demande de combattre les francs et leur donne la forteresse de Banias, mais en 1128 la population se révolte et massacre les Assassins. Ils fuient en terre franc en échanges de la forteresse de Banias. Pourtant les Assassins continuent leur agissement, tuant le qadi des qadis de Bagdad, le vizir du Caire et le calife fatimide. Ils se reconstruisent un réseau de forteresses et en 1140 obtiennent la forteresse de Masyaf, qui en 1163 devient le quartier général des Assassins en Syrie sous les ordres de Rashid ad-din Sinan, qui devient indépendant des Dai d’Alamut, successeur de Hasan qui ont pris le titre d’Imam. Rashid prend le titre de Vieux de la Montagne et ses successeur feront de même. Pendant ce temps, les zenghides essaient d’unifier les musulmans face aux croisés. C’est d’abord l’émir de Mossoul Zengi, qui devient Emir d’Alep en 1128 et en 1144 il prend Edesse, mettant fin au comté du même nom et provoquant la deuxième croisade qui sera un échec pour les croisés. Il essaie de reprendre Damas qui est aux mains des Buhri mais c’est son fils Nur ad-Din qui prend la cité en 1154 grâce à la population. La Syrie est unifiée et Zengi envoieun de ses général, Shirku, envahir le califat fatimide en 1164 afin de réinvestir l’ancien vizir afin de contrôler le califat chiite. En 1169 c’est chose faite mais le vizir s’allie aux francs. Il est assassiné et Shirku meurt un peu plus tard. C’est alors son neveu qui prend la place de vizir, il s’appelle Saladin. En 1171, il abolie le califat fatimide. Nur ad-Din craint pour son pouvoir et cherche à l’affronter mais meurt avant que cela puisse arriver. En 1174, le calife Abbasside reconnait Saladin comme le sultan d’Egypte et de Syrie. En 1176, il assiège Masyaf mais sans succès, il deviendra alors une cible des Assassins. En 1187, il prend Jérusalem aux chrétiens, provoquant la troisième croisade qui se conclura en 1192 par l’autorisation aux pèlerins de rentré dans la ville sainte. La même année le Roi de Jérusalem, Conrad de Montferrat est tué par les Assassins. Saladin meurt l’année suivante et ses fils, qui forment la dynastie des Ayyubides, divise le sultanat en trois parties : le sultanat d’Egypte, l’émirat d’Alep et celui de Damas. La division et les rivalités reprenaient.

      En 1194, c’est le sultanat Seljuks qui s’écroule face à l’empire Kwarizien en Iran et deviendront un ennemi du califat Abbasside. En 1204, une nouvelle croisade est lancée mais les vénitiens la détourne pour que les croisés pillent Constantinople. Venise accède à la Mer Noire et obtient la Crète, Rhodes et Negroponte, les croisés forment l’empire latin d’orient avec ses vassaux :  le duché d’Athènes, la principauté d’Achaie, le duché de Naxos et le royaume de Thessalonie. Les empereurs romains s’installent à Trézibond, forme un despotat en Epire et un Empire à Nicée. L’empire romain d’Orient se reformera en 1261 avec les Paleologos. En 1219 une autre croisade en Egypte, les croisés prennent Damiette et le sultan al-Hakim propose Jérusalem en échange de leur départ mais les croisés refusent et se font battre dû à la crue du Nil. Dix ans plus une croisade diplomatique est organisée par Frédéric II, l’empereur du saint empire romain germanique. Ayant était élevé en Sicile, il a reçu une éducation à influence musulmane, il put ainsi négocier avec Al-Hakim pour obtenir le titre de Roi de Jérusalem ainsi que la ville et une trêve de dix ans fut conclu. Mais une puissance venue de l’Est commencé à envahir l’Orient : les Mongols mené par Gengis Khan. Conquérant l’Iran vers 1219, cela força l’empire Kwarizien à aller vers l’ouest. L’empire est détruit par les Ayyubides et les Turcs du Rûm en 1230. Pourtant en 1244, Jérusalem fut conquise par des mercenaires Kwariziens mais les Ayyubides d’Egypte la reprennent en 1247. Une croisade mené par Louis IX de France fut lancée en Egypte en 1248 pour reprendre la ville mais le roi fut capturé et rançonné en 1250, rançon payée par les Templiers. Durant son voyage il entra en contact avec les Mongols mais aussi les Assassins, qui le menacèrent avant de devenir des alliés en rencontrant le Vieux de la Montagne à Acre. Le roi repart en 1254 en France.

   En Egypte, le pouvoir échappe de plus en plus au Ayyubides, le sultan As-Salih meurt en 1249 et son héritier Turanshah est assassiné par les Mamluks, les soldats esclaves d’origines turques. La veuve de As-Salih, Shajar al-Durr, avait manigancé la mort de son beau-fils et se déclare sultane et épouse le chef des Mamluks, Aybak. C’est la création du sultanat Mamluk. Cependant une rivalité se crée entre les deux, Shajar al-Durr fait assassiner Aybak en 1257 et elle se fait tuer par les hommes de la première épouse de Aybak. C’est le jeune fils de Aybak qui devient sultan sous la régence de l’émir Qutuz. En Syrie, les Mongols de Hulagu continuent leur conquête fondant l’Ilkhanat Mongols. Les croisés laissent les mongols passés afin de mettre fin au états musulmans, les Assassins d’Alamut se rendent en 1256, Bagdad et ravagé en 1258, le califat Abbasside n’existe plus, mais le calife prend refuge au Caire sous la protection du sultan Mamluk. En 1260 les mongols prennent Alep et Damas, c’est la fin de la dernière ligné Ayyubide. Mais la même année, le sultan Qutuz et le général Baibar battent l’armée mongole à la bataille de Ain-Jalut et reprennent les territoires conquis. Le sultan est assassiné au Caire et Baibar prend sa place. Il lance le sultanat dans la conquête des territoires croisé avec la prise d’Antioche en 1268, et malgré une alliance avec les Assassins, il conquit Masyaf en 1273. Il devirent des tueurs à gages pour les sultans. En 1275, des Assassins reprirent Alamut mais ce ne fut que pour quelque mois. Certains pensent qu’une communauté d’Assassins c’est installé en Hongrie comme mercenaire par le roi de Hongrie et Marco Polo parlera des Assassins dans son livre des merveilles. L’état nizarite n’existe plus mais la communauté religieuse est encore présente sous l’égide de Aga Khan IV.

  La période des Assassins historiques serait intéressante à explorer car on n’a jamais expliqué si les Assassins levantins était les seules à agir ou si les autres branches agissaient en même temps. Le voyage en Egypte de Hasan peut servir de lien avec ce qu’on va apprendre dans Origins. Les seljuks sont les alliés des Templiers tout désignés avant l’arrivée de l’Ordre officiel au début du XIIème siècle. Pourtant dans la réalité, il semblerait que les deux ordres aient des relations cordiales. La branche d’Alamut n’a jamais été évoqué, pourtant lors de son exil, Altaïr s’est réfugié dans la forteresse où il a trouvé des sceaux mémoriels. Il faut aussi prendre en compte que les Assassins ont oublié l’existence des Isus et de certains fragments d’Eden et qu’ils n’ont pas eu encore le libre arbitre comme philosophie dominante, c’est Altaïr qui leur à amener cela. Al Mualim a peut-être caché la véritable fonction des Assassins ou bien ils l’ont oublié durant leur longue histoire. Les Mamluks seraient de bons alliés pour les Assassins, Darim ayant donné le sceptre de Seth et une pomme d’Eden aux Mamluks. Le lien avec Louis IX est aussi intéressant car si on regarde les dates, ce serait Altaïr qu’il aurait rencontré et en plus il a fait construire la Sainte chapelle, qui est l’entrée du repère des Assassins de Paris, je ne sais pas si les développeurs l’avaient sciemment prévu. L’installation des Mongols en perse et leur conflit avec les Mamluks s’inscrit dans ce que la série à montrer, les Assassins affrontant les différents khans mongols, Hulegu Khan ayant était tué par Nergui mais n’ayant pas récupérer l’épée d’Eden. Il y a aussi la fameuse dague d’Eden que Monghe Khan a ramené en Chine et qui appartenait aux Seulecis.

   Mon prochain article se concentrera sur la période médiévale mais cette fois en Europe afin de voir le contexte qui a permis l’émergence du groupe antagoniste des Assassins, l’Ordre des Templiers.


Bibliographie: La secte des Assassins XIe-XIIIe siècle, C Millimono

Wikipédia
  • Whiteagle59
    Whiteagle59

    Hasan-i-Sabbah qui était connu sous le nom du Vieux de la Montagne.

  • Whiteagle59
    Whiteagle59

    Mais attention, l'histoire du jeu est différent de la réalité.

    • RomeoSierra141
      RomeoSierra141

      Oui, c'est pour ça que le jeu est intéressant, mais c'est bien de voir les connexion, comme le fait que les Assassins aident les Mamluks dans l'univers de la série et qu'ils aient été engagé comme tueurs à gages dans la réalité. Ou encore le fait d'avoir rencontré Saint Louis et le repère des Assassins à la sainte chapelle. Ça peut faire une bonne base mais c'est bien aussi d'imaginer.

  • Loras_Lazarus
    Loras_Lazarus

    Omg c'est hyper compliqué xD mais chapeau bas ! c'est du vrai travail

Confidentialité et cookies

Ubisoft utilise des cookies afin de vous procurer la meilleure expérience possible sur ses sites web. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez notre utilisation de ces cookies.

Plus d'infos sur notre politique de confidentialité.